images

CRYPTO- ET VOUS PENSIEZ QUOI ?

Posté le 28 octobre, 2019 dans actu / news, finance / eco

Voilà. Il aura fallu bien peu de temps pour que la Libra prenne d’évidents gros coups de marteau sur la tête : préoccupations liées au traitement des données par Facebook, retrait de contributeurs initiaux, poids lourds des moyens de paiements, comme PayPal, Visa et MasterCard, le premier souvent adossé aux seconds comme une forme de parasite. Et, maintenant, bâtons dans les roues de gouvernements qui ne veulent rien moins que l’UE l’interdise. Explication. Si on récapitule, les crypto-monnaies ne sont que des commodities numériques. Elles n’ont aucune valeur ni intrinsèque, ni sous-jacente. Uniquement celle que l’offre et la demande leur confèrent – comme moyen d’échange. Leur convertibilité en autres moyens d’échanges leur est en outre nécessaire. Les présenter comme des investissements relève donc dans la majorité des cas de l’escroquerie. Le Darwinisme valant également dans l’économie libérale, les présenter comme des moyens de paiements promis à un avenir en est aussi une – puisque le système, pour intelligent qu’il soit, demeure moins efficace que le trafic des paiements bancaire traditionnel. Les crypto-monnaies étaient un intéressant laboratoire technique, présentaient un intérêt philosophique pour les libertaires, mais surtout un intérêt concret pour les fraudeurs et criminels – représentant plus de 50% de leur volume de transactions. 

C’est dire dire que, paradoxalement, la valeur des crypto-monnaies repose sur… l’offre et la demande émanant de l’économie souterraine et criminelle. L’unique raison de la tolérance que les États ont affichée envers elles était qu’elles ne représentaient qu’une part infinitésimale du trafic des paiements. La Libra, elle, se serait démarquée par une valeur intrinsèque résultant de son adossement à des valeurs réelles. Intéressant – mais avec l’immense difficulté de thésauriser cette valeur, ses fluctuations selon les marchés et son coût transactionnel. Et avec la même nécessité d’une convertibilité permanente. La grande différence, c’est que contrairement aux autres crypto-monnaies, sa mise à disposition d’un nombre d’opérateurs aussi importants que les abonnés à Facebook pouvait donner à la Libra une masse d’échanges significative. Le risque pour les États était exclusivement là : que l’absence de cours légal, qui est généralement décisive, finisse par ne plus importer – si les utilisateurs acquièrent une confiance suffisante en elle et qu’elle devient un moyen d’échange et de paiements sûr et situé hors du système monétaire et financier. Cela, cette perte de souveraineté, aucun gouvernement ne pouvait le tolérer – vu la nécessité du contrôle de la monnaie, et du contrôle sur l’économie et sur la société que le contrôle de la monnaie procure. CQFD & RIP. Il faudra repasser – et ce ne sera pas facile.

laisser une réponse