laundering

INANITES FISCALES GENEVOISES DE L’ETE, L’INDUSTRIE DE L’EXTORSION JUDICIAIRE ANGLAISE DANS LES DIVORCES DE RICHES ET L’ARGENT EST SALE – COMMENT LE LAVER ?

Posté le 4 août, 2017 dans divers

La chaleur de l’été coagule un peu les neurones. Les socialistes genevois veulent imposer une taxe punitive sur les commerces de détail qui remplacent les caissières par des machines. Pour préserver l’emploi. Quelle bonne idée, bien dogmatique. On défend bien son chaland chez les socialistes. Une étude (citée dans Time) de l’université d’Oxford a examiné 702 métiers aux Etats-Unis et envisage que la moitié soit automatisée, et le 100% de certaines professions, dans les vingt ans. On fait quoi, braves socialistes ? On crée 351 taxes punitives et on taxe punitivement 100% d’un secteur qui s’automatise ? Cette idée est idiote car elle est réactive, dogmatique et sans vision de ce qui se passe. Elle est idiote car la taxe punitive ne remplace pas le salaire de celui dont le poste est automatisé. Elle est idiote car elle repose sur la notion actuelle, mais dépassée, de taxation du travail. Elle est aussi idiote, pour toutes ces raisons, que de taxer les robots. Elle ne fait que ramener au constat que la base fiscale actuelle va évoluer et se réduire drastiquement dans les vingt prochaines années, et que le financement de l’Etat va dans le mur s’il ne passe pas au système suivant. Le divorce le plus cher du monde, portant sur 15 milliards de dollars, va déménager à Londres. Pourquoi donc ?

La pauvre épouse de l’oligarque russe Potanin n’a pas obtenu à Moscou les 3,7 milliards qu’elle réclamait. Pas étonnant – ni qu’elle menace d’aller du coup les réclamer à Londres, for judiciaire le plus cher du monde. Forum shopping éhonté ? Aucun argument à en tirer : cela amène la cause, et son business, à Londres. Tout y est parfaitement rôdé et hors de prix. Il faut des solicitors et des barristers, parce que les premiers ne plaident pas et qu’il est en dessous de la dignité des seconds de préparer le dossier. Doublon obligatoire assurant une rente aux deux professions, qui font tout et facturent tout à double, souvent en piètre coordination. La lenteur, et donc la pérennité de la rente de situation de ce petit monde, est garantie : les bons barristers sont réservés des mois sinon des années à l’avance, et le juge ne fixe l’audience qu’à une date à laquelle les barristers des deux parties sont libres. Soit aux calendes. Puis, le juge impose à la plus riche des deux parties de payer et avancer les frais de l’autre partie, soit des deux équipes de solicitors et barristers. Et comme Londres est la ville la plus chère du monde, tout cela, coûts juridiques et contributions d’entretien, est adjugé après des années de procédure au prix judiciaire le plus élevé du monde. Pour finir, l’argent est sale, c’est bien connu. Désormais, la suspicion est universelle qu’il est d’origine illicite, au pire finance le terrorisme, au mieux vient de l’évasion fiscale. Il faut donc le laver. Le Washington Post dit comment, et pourquoi il est sale. Atchao bonsoir.

imprimer cet article | Envoyer à un ami | Commentaires fermés sur INANITES FISCALES GENEVOISES DE L’ETE, L’INDUSTRIE DE L’EXTORSION JUDICIAIRE ANGLAISE DANS LES DIVORCES DE RICHES ET L’ARGENT EST SALE – COMMENT LE LAVER ? | RSS

laisser une réponse