csm_030_c_MarkHenley_Panos_Banners_KVI_GE_2020_web_61a4cb3c13

INITIATIVE SUR LES MULTINATIONALES RESPONSABLES – UN TEST GRANDEUR NATURE DE PLUS POUR CERTAINS PARTIS…

Posté le 28 octobre, 2020 dans divers

Les partis et milieux dits « de l’économie » se mobilisent dans cette dernière ligne droite contre cette initiative. Et leurs arguments sont une nouvelle fois parlants. D’abord, cette idée qu’il s’agit des partis et milieux de l’économie est déjà spécieuse : la société civile entière souhaite la prospérité par l’économie. Il est plus juste de dire que ce sont des partis et milieux capitalistes – visant à s’assurer un profit pour leur base au détriment d’autres intérêts. Ensuite, cette initiative ne devrait même pas exister tant il est évident que tous les acteurs de la vie civile, économiques, étatiques, particuliers ou autres, doivent respecter les droits de l’homme. Ceux-ci ne sont pas une simple loi dans un domaine quelconque sur laquelle il peut y avoir débat. Il s’agit du sommet de la pyramide des valeurs juridiques et des droits essentiels à la condition humaine. Dès lors, les opposants, que ce soit pour des motifs économiques ou tout autre, ne veulent rien moins, en termes de proposition logique, que conserver la faculté de violer les droits de l’homme – et/ou de ne pas être punissables s’ils le font.

De là, violer les droits de l’homme pour préserver des emplois, des rentrées fiscales, ou plus véritablement un profit que perçoit le capital, n’est pas plus défendable. Vu qu’il ne s’agit pas non plus de créer une responsabilité objective, mais de simplement fixer un standard évident et que celui qui le viole doive en assumer les conséquences, les opposants se montrent sous leur vrai jour : continuer à faire primer un profit individuel sur des valeurs essentielles et sur le bien commun. C’est là une nouvelle confirmation d’un enfermement dans des valeurs d’un capitalisme passéiste – dans lequel les jeunes générations ne se retrouvent pas et qui les coupe de ces partis. Ce que ces derniers ne réalisent pas, en dépit pourtant de l’érosion régulière de leur électorat, c’est qu’ils mourront avec la génération qui les anime actuellement sans faire aucune place aux suivantes. C’est aussi cela, la vie, et qui n’arrachera aucune larme.

laisser une réponse